Sélectionner une page
En déplacement début mai en Ontario, au Canada, une délégation de l’association des Pep 87 est revenue enthousiasmée par la découverte des écoles inclusives, où les élèves en situation de handicap ont toute leur place. Retour d’expérience.
 

En Haute-Vienne, l’association médico-sociale des Pep 87, qui intervient auprès des enfants et adolescents autistes, est notamment l’un des acteurs du projet de classe d’autorégulation expérimenté à l’école primaire de Boisseuil depuis la rentrée 2017.

Un projet justement inspiré et soutenu par Stéphane Beaulne, chercheur clinicien et professeur en psychologie à l’université de Nipissing, en Ontario, qui permet actuellement à six écoliers présentant des troubles du spectre autistique d’être inclus dans des classes ordinaires, au même titre que les autres élèves, grâce à une méthode d’accompagnement renforcée inédite.

 

Gestion des émotions

C’est à l’invitation de ce spécialiste canadien que l’équipe des Pep 87 (six personnes dont les trois éducateurs qui interviennent à Boisseuil) s’est rendue outre-Atlantique du 4 au 12 mai.

Ce qui a frappé la délégation, c’est notamment comment la gestion des émotions, des comportements, de la relation aux autres étaient une préoccupation quotidienne, conséquente, et sur la durée, non seulement pour les élèves handicapés, mais pour tous.

« À son arrivée le matin en classe, chaque élève peut exprimer grâce à un smiley affiché sur un tableau comment il se sent. S’il exprime un mal-être, son état est pris en compte par l’équipe pour qu’il puisse aller mieux et ainsi évacuer ce qui pourrait l’empêcher de bien apprendre », poursuit Valérie Hardy.


Pédagogie de la réussite

Le renforcement positif des élèves, la pédagogie de la réussite dans l’apprentissage scolaire a aussi marqué leur visite. « Ce n’est pas angélique et ça ne nie pas la difficulté de l’apprentissage, mais il y a un environnement où les élèves sont incités à avoir confiance en eux, à persévérer. »